Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Nespresso... What else ?

le Dim 26 Mar - 22:47
Quitter Rayne n’avait pas été simple, et s’il n’y avait pas eut tout ce cafarnaeum dont on connait les conséquences, Jarvis serait probablement encore là-bas. Il n’avait jamais su trouver parade pour quitter la meute sans en payer le prix qui était de sa vie. Une erreur de jeunesse qu’il avait longtemps regretté avant d’avoir cette opportunité. Désormais, il vivait libre, et c’était tout ce qui comptait pour lui.

Vivre à Los Angeles avait ses avantages, notamment celui de démarrer une nouvelle vie. Jarvis souhaitait enterrer son passé bien proprement, et pour cela, il avait fait appel à son cousin, Dano, pour lui refaire des papiers en règle, afin qu’il puisse de nouveau circuler librement à travers le pays. Choses promises, choses faites, Jarvis avait, toujours sur un coup de pouce de son cousin et de sa magie, put intégrer un district de Firefighter à Los Angeles, dans le downtown. C’était un rêve de gosse…

Dano était un as dans le domaine. Son boulot au F.B.I lui permettait d’avoir le bras très long, et ses prouesses arcaniques en faisaient un des meilleurs sorciers de Los Angeles. Beaucoup de gens lui en devaient une… Autant vous dire que cela avait bien fonctionné.

Rapidement, Jarvis avait su s’intégrer dans sa nouvelle caserne. Il avait appris à mentir, à raconter une histoire, son histoire, qu’il avait écrit avec l’aide de son cousin. Jarvis était un nouveau Jarvis, et contre toute attente, ce n’était pas si compliqué que ça. Jarvis se sentait réellement lui, et c’était quelque chose qu’il savourait vraiment. Il n’y avait que pour les pleines lunes où c’était encore compliqué, mais pour le moment, il n’y avait aucun soucis.

On aurait pu penser que cette « révélation » qu’il y avait eut à la suite des évènements de Houston aurait simplifié les choses pour les créatures magiques. Mais ce n’était pas le cas. Les gens se posaient beaucoup de questions, et certains en étaient effrayés. Comment leur en vouloir ? Jarvis, le premier, avait peur de ce qu’il était capable de faire contre sa volonté.

Personne à la caserne n’était au courant. Un simple prétexte avait été rondement étudié avec Dano. Il devait s’occuper de sa grand-mère de temps à autres. Il lui suffisait juste de prévenir son Boss qui n’était pas trop chiant, et le tour était joué.

Cette journée avait été éprouvante émotionnellement. Devoir extraire cette petite de la voiture n’avait pas été simple. Tant pour la pauvre orpheline que pour les secouristes. Un chauffeur de bus était rentré dans la voiture de sa mère la tuant sur le coup. L’état de la voiture leur avait fait froid dans le dos, et c’était toujours très compliqué pour eux que d’intervenir sur des scènes pareils.

Jarvis faisait partit des pompiers qui avait accompagné les blessés à l’hôpital le plus proche. Tous des enfants. Jarvis et ses collègues avaient fait ce qu’ils pouvaient pour leur changer les idées, permettant ainsi aux secouristes de faire les premiers soins. Maintenant que c’était fait, il prenait une courte pause, accoudée au comptoir de l’accueil, buvant un café tout en discutant avec l’hôtesse. Une petite mama un peu clcihée, noire, les cheveux courts, mais le visage rieur attendant l’ordre de reprendre le travail.
avatar
Admin
Messages : 41
Date d'inscription : 24/03/2010
Voir le profil de l'utilisateurhttp://worldsofvanity.forumactif.com

Re: Nespresso... What else ?

le Lun 27 Mar - 9:33
La vie d'interne en médecine n'était pas de tout repos. Elle et Wes avaient beau avoir choisi leur spécialisation, ils se retrouvaient régulièrement au bloc à faire des sutures ou à l'aspiration. Ça leur permettait malgré tout d'observer et ces temps d'observation étaient précieux. Heureusement, parfois on leur passait aussi les rennes. Le plus souvent pour des opérations qu'ils avaient faites et refaites mais chaque patient été différent. Ce jour-là se terminait sur un implant cardiaque. Cela aurait suffit à faire la journée de la belle anglo-turque mais on annonçait déjà un accident impliquant un bus. Il fallait s'attendre au pire. La jeune femme prit cinq minutes pour souffler en sortant du bloc. Passée par le sas de désinfection, elle allait de faire le tour des patients qu'elle suivait mais d'abord elle allait prendre la température auprès de Laverne, histoire de se préparer psychologiquement à ne pas finir sa journée avant tard le soir. C'était assez courant ce genre de chose au NHNN et ça n'était certainement pas le seul hôpital...

***

« C'est malheureux mais c'est vrai qu'on a l'habitude des enfants..., expliquait l'infirmière Katie Barnes. Accoudée au comptoir de l'accueil, elle faisait le joli coeur depuis à peu près une demi-heure auprès d'un des gars de l'équipe des Firefighters. C'était eux qui avaient géré en partie l'accident de bus et cela faisait un sujet de conversation tout prêt pour la petite blonde pétillante. Il fallait dire que cela faisait un petit moment que la dernière recrue de l'équipe des pompiers de New-York lui avait tapé dans l'oeil. Ça n'était pas la seule à qui il avait tapé dans l'oeil avec son impressionnante musculature et son teint de beau halé. Disons qu'en salle de repos, on avait trouvé un nouveau sujet de conversation.

« ... c'est normal avec 4 petits frères. T'as des frères et soeurs toi ? »

Laverne écoutait tout cela d'une oreille distraite. C'est qu'elle avait vraiment du travail à faire avec toutes ces admissions pour des petits bobos fort heureusement. Elle ne s'était pas privée de s'en plaindre aux pompiers en plaisantant comme à son habitude. L'infirmière chef était un peu la maman de tout le monde ici et on l'aimait bien pour ça.

« Vous avez besoin d'un coup de main ici ? », s'enquit une voix qui venait de s'inviter au comptoir.

Esha avait parfois des manières un peu cavalières, le plus souvent par manque de temps mais pas que. Disons qu'elle n'était pas la soeur de son frère complètement pour rien. Le petit bout de femme qui venait d’accoster la banque de l'accueil ne semblait même pas avoir remarqué les deux autres protagonistes. Cela dit Katie l'infirmière ne semblait pas trop s'en formaliser non plus, continuant de bavarder avec le demi géant qui lui faisait tant d'effet.

« Ca va aller mon chou. », répondit Laverne avec un sourire presque maternel, « Tu pourras jeter un oeil à la 5 tant que tu y es ? Le Dr Singh se fait encore désirer si tu vois ce que je veux dire. »
« Ca marche, je m'en occupe. Le dossier est dans la chambre ? »

La bonne Laverne fit signe que oui rajustant ses lunettes sur son nez alors que le petit chou de brunette repartait déjà comme elle était venue. Ça avait été du rapide comme toujours.
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nespresso... What else ?

le Mar 28 Mar - 16:22
Une jeune femme, visiblement docteur au sein de l’hôpital, surgit tout à coup, pour proposer son aide auprès de Laverne, la maman-infirmière. Celle-ci lui sourit, tout en lui assignant une chambre qu’un certain Dr. Singh n’avait pas encore eut le temps de s’y rendre. Jarvis ne put s’empêcher de la suivre du regard, tout en murmurant :
« Moi aussi, j’ai besoin d’aide… »

Il n’en rajouta pas plus, parce qu’il ne pouvait tout simplement pas le faire. Elle était d’une rare beauté, et ses cheveux, qui ondulaient sur ses épaules, dégageaient un parfum comme jamais il n’avait senti encore. Une note florale et des épices dont il ne connaissait ni le nom ni l’origine flottait sur son passage. Jarvis, qui ne s’en était pas vraiment rendu compte, semblait avoir eut tout simplement un coup de foudre. En quatre-vingt ans de vie, il n’avait jamais connu ce sentiment. Il était donc totalement normale qu’il ne le reconnaisse pas sur l’instant.

L’infirmière à côté, une certaine Katie, continuait de lui parler, mais il n’écoutait plus. Son regard balaya la pièce où il vit deux de ses collègues entrain de discuter près de la machine à café. Puis, à nouveau, son regard se posa sur la silhouette de la doctoresse, qui disparaissait à l’angle, cinq mètres plus loin.

Ni une, ni deux, Jarvis fonça, comme captivé. Plus rien ne comptait autour de lui. Il flottait littéralement, comme s’il était dans un de ses rêves dont on ne comprenait pas la signification, mais qui pourtant vous apaisez. Un de ces rêves loufoques dont on ne voudrait pas en connaître la fin, mais que l’on voudrait vivre éternellement.

Il bifurqua l’instant d’après dans le couloir qu’elle venait d’emprunter, et là, elle s’apprêtait à rentrer dans la chambre numéro cinq. Jarvis l’interpella :
« Hey, mon chou ! »
C’était drôle à voir. Ce grand gaillard qui ne semblait pas franchement dans ses baskettes, mais qui se jetait à l’eau en espérant trouver ce qu’il avait toujours probablement chercher sans réellement le chercher.
« Excuse-moi, je connais pas ton nom… Et euh…»
Il rougit timidement. Jarvis, qui avait pourtant quatre-vingt-six ans environ, semblait en avoir quinze. Il baragouina quelque chose en guise d’explications que lui-même ne comprit pas. Mal à l’aise, il se frotta l’arrière du crâne, comme s’il venait d’être pris en faute de… De il-ne-savait-quoi. En attendant, son regard se perdit sur son visage dont il devait conserver éternellement.


Dernière édition par Shady le Mer 31 Mai - 22:46, édité 1 fois
avatar
Admin
Messages : 41
Date d'inscription : 24/03/2010
Voir le profil de l'utilisateurhttp://worldsofvanity.forumactif.com

Re: Nespresso... What else ?

le Mar 28 Mar - 22:55
Esha ne releva même pas la façon dont l'homme accoudé à la banque d'accueil la regardait. Son petit monde bien organisé était simplement entré en collision avec le sien et s'apprêtait à suivre le même habituel chemin orbital sans plus de conséquence. Ça n'était pas qu'elle n'avait pas remarqué le pompier. Elle l'avait bien vu. Mais rien de plus. Contrairement à Katie qui se sentait piquée au vif, Esha n'avait pas l'oeil pour ce genre de choses. Elle n'avait pas vraiment la fibre sociable et engager une conversation pour le simple plaisir de meubler le silence ou de satisfaire une curiosité qui ne l'avait même pas effleurée elle... non. Ça n'entrait vraiment pas dans son schéma de fonctionnement. Elle s'en était donc allée comme elle était venue, sans rien demander de plus, sans même entendre le petit mot glissé dans le vent qu'il avait laissé échappé (mais qui n'avait pas échappé à Katie soit dit en passant).

L'infirmière ramassa son café et s'éloigna à grands pas, elle aussi sans rien demander de plus. Elle qui s'était échinée à entretenir la conversation, tout ça pour le voir baver sans la moindre gêne sur un médecin. C'était toujours comme ça. Les médecins ne leur laissaient que les miettes et ce dans tous les domaines semblait-il. Heureusement il restait encore le fantasme de l'infirmière.

« Hey, mon chou ! »

Esha suspendit son geste alors qu'elle allait pousser la porte de la numéro 5. Inutile de dire que c'est avec un sourcil sévèrement monté en accent circonflexe qu'elle accueillit ce petit surnom. Déjà de la bouche de Laverne, la jeune femme avait du mal à accepter ces petits sobriquets affectueux alors de la bouche d'un parfait inconnu... il allait vite voir de quel bois était faite la demi portion qu'il s'était amusé à appeler "mon chou", du moins... c'était ce qu'Esha était partie pour lui montrer. Le dossier porté contre sa poitrine, elle s'apprêtait à répliquer mais l'homme ne lui en laissa pas le temps. Il n'était visiblement pas très à l'aise et très vite, bien qu'elle peinât à comprendre où il voulait vraiment en venir, elle en vint à la conclusion qu'il était plus maladroit que mal intentionné. Cela pouvait excuser le mon chou.

« Esha. Vous n'avez pas l'air... », pas l'air quoi, difficile à dire en fait, « Vous vouliez me demander quelque chose ? »

Était-il en train de rougir ? C'était assez amusant sur un gaillard de son genre. Enfin, ça ne répondait pas à sa question : qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir ? A en juger par sa tenue, elle se disait que ça avait sans doute un rapport avec l'accident de bus et que, peut-être, elle lui avait tapé dans l'oeil, ce qui aurait expliqué sa difficulté à aligner deux mots. A moins qu'il n'ait tout simplement eu des difficultés d'élocution. Esha avait eu le cas pas plus tard que la semaine précédente même si dans le cas précis, le patient avait joué à la coiffeuse avec un pistolet à clous juste avant de venir...
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 13/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nespresso... What else ?

le Jeu 30 Mar - 13:47
Esha était un très jolie prénom. Il était très court, mais cela ne lui retirait pas tout le mystère qu’il semblait dégager. Il baissa le regard, regardant ses chaussures de sécurité, lorsqu’elle continua le fond de sa pensée, avant qu’elle ne se rende compte qu’elle allait trop en dire, risquant de le mettre un peu plus mal à l’aise qu’il ne l’était déjà.

Jarvis n’était pas stupide, même si, c’était vrai qu’il n’était pas non plus très futé. Il avait beaucoup de mal à exprimer ce qu’il ressentait, car c’était la première fois qu’il ressentait une telle chose. Il ne savait pas ce que c’était, alors il était bien content qu’elle ne s’éternise pas sur son état dans lequel il se noyait complètement.

« Oui. Oui, oui, je voulais savoir… » Il se râcla la gorge, avant de balancer dans un souffle : « … Si vous vouliez bien prendre un café avec moi, histoire que euh… »

A nouveau, la main derrière le crâne, se frottant nerveusement les cheveux. C’était un tic qu’il avait lorsqu’il était nerveux. Jarvis sentait une pression au sein de son palpitant, comme si ce dernier s’était serré en attendant une réponse de la part de la doctoresse. Le souffle court, il attendait avec impatience la réponse d’Esha.
avatar
Admin
Messages : 41
Date d'inscription : 24/03/2010
Voir le profil de l'utilisateurhttp://worldsofvanity.forumactif.com

Re: Nespresso... What else ?

le Jeu 30 Mar - 21:18
La réponse lui fit un belle effet de surprise. Tout à coup elle se sentit stupide d'avoir pu imaginer que ça avait un rapport avec le boulot. Elle sourit pour elle-même, sans vouloir se moquer.

Ça n'était pas la première fois qu'un homme la draguait. En vérité et vu le milieu dans lequel elle évoluait au quotidien, Esha avait même plutôt l'habitude des sous entendus graveleux et d'un certain manque de finesse dans l'approche. Mais là ça n'était pas vraiment de la drague. En fait, ça n'en avait même pas l'air du tout. Cela dit, la méthode avait au moins le mérite d'avoir retenu son attention et elle n'avait pas encore levé les yeux ciel ni repris le cours normal de son activité professionnelle, ce qui était plutôt bon signe.

Spontanément, elle aurait bien sûr décliné la proposition. A l'heure de quitter le travail, elle avait sans doute des centaines d'autres choses à faire que d'aller prendre un café avec un inconnu. Mais quelque chose dans l'attitude de ce type avait balayé le premier jet de sa réponse et maintenant elle ne voyait plus vraiment de raisons de dire non. Il était plutôt bel homme. Pas de mauvais feeling. Et puis ça lui ferait peut-être une occasion de donner tord à son père qui se lamentait de savoir qu'elle travaillait plus qu'elle ne profiter de la vie (selon ces propres mots). Pendant qu'elle se décidait, la trotteuse à sa montre galopait et pour l'heure elle avait encore un millier de choses à faire et de patients à voir :

« Euh... C'est d'accord. », c'était la meilleure réponse qu'elle pouvait faire sans avoir eu le temps de retourner le truc dans tous les sens, « Mais... là je dois retourner travailler. Je termine à dix huit heure. »

Pour ce qui était du lieu du rendez-vous, il ne serait pas bien difficile de l'intercepter quelque part dans le hall d'accueil de l'hôpital alors elle ne donna aucune indication particulière. Elle se contenta simplement d'une confirmation de sa part puis l'abandonna dans le couloir alors qu'elle rendait visite au patient de la cinq. Quand elle ressortit de la chambre, un petit quart d'heure après, il n'était plus là et elle n'y prêta d'ailleurs pas d'attention particulière. Le reste de la journée suivit son cours habituel. Le Dr Singh trouva à redire de quasiment tout ce à quoi elle avait touché. Wes et Paula s'écharpaient entre deux couloirs. Katie faisait la gueule bien qu'Esha ne comprit pas vraiment pourquoi. Laverne donnait des petits surnoms à tout le monde. Le Dr. Pope roulait de mécanique. Bref, une journée normale au NHNN avec bien évidemment le truc urgent de 57, celui qui n'arrivait que lorsque vous aviez prévu un truc après le boulot. Finir la journée sur un scan cérébral... pourquoi pas.

Esha jeta un coup d'oeil à sa montre. Il était dix-huit heure dix. Rapidement, elle fit un crochet par l'accueil. Laver ne la taquina en lui demandant si elle avait le feu aux fesses mais Esha ne comprit pas vraiment l'allusion à son café prévu avec un pompier. Elle était bien trop en retard pour ça et d'ailleurs l'infirmière chef ne manqua pas de lui dire que son rencart était même arrivé en avance et qu'il scrutait les aller et venues des médecins avec un intérêt certain. Dire qu'elle n'était même pas encore douchée ! Cinq minutes ? Elle pouvait le faire. Esha disparut. Les vestiaires du personnel était quelque peu spartiate mais elle avait tout ce qu'il fallait dans son casier pour être présentable, au moins pour aller boire un café.

La brunette avait donc un quart d'heure de retard lorsqu'elle retrouva le pompier dans le hall. Ses cheveux châtain foncé était relevés en chignon négligé (sans doute ce qui lui allait le mieux avec sa nuque délicate). Elle avait enfilé une chemise blanche toute simple mais bien taillée et un jean tout ce qu'il y a de plus classique. Une paire de converse épargnait la plante de ses pieds après une journée plutôt longue. Ce n'est qu'en arrivant devant lui qu'elle se rendit compte qu'elle ne lui avait même pas demandé comment il s'appelait.

« Vraiment désolée pour l'heure, il y a eu ce scan de dernière minute et... », un sourire, voilà tout ce qu'elle pouvait donner pour se faire pardonner. C'était les aléas de la vie d'interne ça, « Je ne t'ai même pas demandé ton nom tout à l'heure... je vais vraiment finir par passer pour la pire des... », connasse ? elle ne lui en aurait pas voulu, « ... mal élevée. »

Elle se laissa guider tout en continuant de faire les présentations comme ce doit.
Contenu sponsorisé

Re: Nespresso... What else ?

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum