Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Miran de Lassithi.

le Mer 26 Jan - 5:20



DE LASSITHIMIRAN;

:[name]: Miran (paix dans le monde), Izaak (celui qui rit), Skyler (fugitif).
:[nom de presentation]: Miran Izaak Skyler de Lassithi.
:[surnom]: Aucun.
:[date de naissance]: xxx 30xx, ???.

:[rang]: Prince de la ??? génération.

:[personality]:
Miran est ambigu. Il l'a toujours été. Tantôt justicier masqué, tantôt le méchant de l'histoire, il n'a pas sa place dans le monde et cherche à la trouver. Si son prénom signifie "paix dans le monde", il se complaît dans la guerre à protéger les gens, et à se faire maître des vies sur le champ de bataille. Son éducation particulière lui a permis d'éviter d'être sentimentale, et si il est opaque quant aux situations d'extrême tristesse, les sentiments qu'il ressent sont, à l'inverse, des choses qui le touchent bien souvent profondément. Homme de bien pourtant, juste, sincère et honnête comme son père, joueur comme sa mère l'était avant, il possède un don de soi très intéressant, puisqu'il donne sans compter et ne cherche que rarement à recevoir. Masochiste sur le bord, il se lie sans doute aux gens qui lui font le plus de mal. Lui même le dit "il se fait du mal, un mal que personne ne lui donne". Amis avec des brutes, amoureux d'un homme qui n'aime pas les hommes, le futur de Miran est obscure, et pourtant, c'est sans peur qu'il avance dans ce tapis noir. Il n'a pas peur. Miran n'a pas conscience du danger, il fait selon son instinct et son coeur et, comme le lui a trop souvent répété Izaak, il ne tremble pas. La mort n'est pas une fatalité pour Miran, elle est un choix, et si on la choisit, on ne peut pas se plaindre. Amoral pour certains quand il s'agit de guerre (il n'enterre que les preux comme le faisait avant lui Izaak), sans honneur quand il ne s'agit que de stratège, Miran voit avec les yeux d'un exilé qui n'en est pas un. Exclu par la naissance de la meute, et pourtant à l'intérieur par le sang de sa princesse de mère, il est changeant comme la mer, piquant comme la pointe d'une lame, et dans ce tourbillon de sentiment contradictoire qu'est la haine et de la colère, Miran trouve sa place, maître de lui, de sa vie et de son destin, éternel implacable à l'image de ses parents et de ses parrains.

:[appearance]:
Miran a un quelque chose de puissant, que l'on retrouve chez peu de loup. C'est une bestialité certaine qui fait que, malgré qu'il soit élancé et peu large, il reste très viril, très attirant. Il attise les jalousies et les convoitises des louves quand il n'y fait rien. Miran est haut comme son père, des cheveux bleus plus sombres pourtant, et les yeux vairons de sa mère. Un bleu et un or, les nuances parfaites pour qu'on les voit au loin. Né ainsi, il n'a jamais été complexé. Les conditions de vie de ses premières années a fait très rapidement que Miran fut un bon sprinter, un acrobate, agile sans égale. On ne le voit pas souvent faire ses pirouettes, mais Miran, dans une forêt, est tout simplement imbattable. Son corps finement musclé, et son corps élancé, fait en sorte que ses bonds sont tout simplement impressionnants. Il est bien connu aussi que Miran se sert les yeux d'une bande rouge sang. Il n'a jamais donné de réelles explications. La plus corrante est celle qu'il aurait aimé être un superhero, mais c'est pour rire, parce qu'il aime l'auto-dérision. Se moquer, c'est ne plus se prendre au sérieux. La vérité, c'est que tout petit, il en avait assez que les gens se moquent de son frère et de sa soeur, marre de les voir pris pour des bêtes de foire, alors il mit un bandeau blanc, puis rouge, et le regard des gens se porta sur lui. Miran a les épaules assez solides pour supporter. Alisha et Espen aussi, mais c'est sa manière de montrer qu'il est là. Comme ses frères et soeurs, il est né avec des "marques de naissance". Héritage de sa mère sans doute, il possède le corps marqué par des tatouages bleus, à l'épaule, aux mains, aux avants-bras, à la hanche droite, aux cuisses, sur le plexus, les omoplates, la fesse droite, aux pieds et aux mollets. Des symboles étranges.

:[réputation]:
Miran est redouté. Fils de Sindri et Sasha, ayant grandi auprès d'Izaak, on dit de lui qu'il est étrange, un peu inquiétant. Fascinant pour les jeunes louves comme étant un symbole de puissance pure, une bête criante car pas élevée comme les autres, Miran ne tire en aucun cas profit de son statut.

:[faits d'arme]:
Aucun. Il est reconnu comme étant assassin, pas un héros notoire.

:[story]:
Miran est né du ventre de Sasha Orlov. Son père Sindri de Lassithi n'en revenait pas, non pas des marques sur leur corps de bébé, mais du nombre. Quatre enfants. C'était plus qu'inespéré. Fils prodigue, grandissant dans un univers changeant et palpitant, il connu pourtant une enfance mouvementée entre les changements de camp, la peur au ventre des chasseurs, et les guerres de territoire. La forêt pour seule confidente, et ses frères et soeurs pour seuls amis, Miran est très lié avec eux. Freya, Espen et Alisha sont les choses auxquelles il tient d'ailleurs le plus au monde. Très rapidement justicier, voyant en Izaak un modèle plutôt qu'un monstre, il grandit avec des idées différentes, des idées étranges.

[...]

La première fois qu'il rencontre d'autres loups, c'est pour ses cinq ans. A l'occasion du grand bal des cinq années (âge très critique pour les louveteaux, beaucoup ne dépassant pas cet âge), il rencontre les autres louveteaux de son âge. Si sa soeur Freya se fait amie avec tout le monde, Miran a beaucoup plus de mal. La première personne qui lui parle est Caël, qui l'accoste en lui disant "tu ressembles à un ninja". Ce fut son premier ami, suivi par un petit groupe très fermé, que sont les enfants de Léandre et de Mahel. Caël en premier lieu, Liam en second. Ils ne resteront cependant qu'un hiver, repartant pour l'été.

[...]

Quand il recroise les meutes, Miran est heureux, mais le moment qu'il attends le plus est le fameux Rite. Il le passe avec succès, écrasant son adversaire dans le sang. Miran est un meurtrier, alors il ne laisse aucune chance, sans tuer pour autant. Huer par la foule, il s'éloigne en silence du cercle. Il a trop forcé, il le sait, mais il n'y peut rien. On ne lui a pas appris à se battre sans avoir à tuer, alors forcément... C'est à ce rite qu'il croise Lakshan. Qu'il le voit pour la première fois. Si son regard ne s'y attarde que peu de temps, c'est à ce moment là que son coeur devient un gouffre émeraude. Un trou de vert parfait, uni. Un vert qui ne s'enlèvera plus jamais.

[...]

Alors que le Clan Solokoff et la Meute de Sindri de Lassithi s'arrêtent au Campement un hiver pendant quelques semaines de repos bien mérité, Miran cherche à se rapprocher de Lakshan mais, confus par rapport à ses propres sentiments et à la façon de faire, il finit par se faire un ennemi, Lakshan, en "flirtant" avec Laksha (cherchant surtout à attirer l'attention de Lakshan sur lui qui parlait avec Léonie... en vain). Il criera dans tout le village qu'il ne veut rien à Laksha, pensant par là arranger la chose, quand il l'empire. La veille de leur départ, Miran lui vole un baiser, et Lakshan le gifle si fort qu'une marque restera 7 jours sur sa joue. Le lendemain, il quitte le campement. 6 jours plus tard, il quitte la Meute de son père et traverse l'océan par bateau, débarquant en Colombie. Une nouvelle vie s'offre à lui.

[...]

Pas de nouvelles de Miran pour personne. Seul dans la nouvelle forêt amazonienne, véritable danger pour les hommes puisque celle-ci reprends ses droits, il aide un petit village dans ce qui était l'ancien Mexique, et construit ce que tout le monde appelle une "église". Les hommes lui expliquent ce qu'est la religion et l'homme de foi qui prêche. Ce sera la première fois qu'il dira à voix haute à quelqu'un qu'il (croit) "aime" Lakshan. La réponse restera gravée en lui, comme une erreur profonde.

« J'aime un homme, monsieur. »
« ...Ne t'inquiètes pas, il y a des solutions. Il y a des thérapies... »


A la suite de cela, on perds à nouveau sa trace.

[...]

Par chance, il croise un loup d'Amazonie qui l'avertit d'un mariage. Après 80 ans d'absence, il rejoint le campement sur une île, par bateau. Pour affronter tout ce qu'il avait jusqu'alors laisser derrière lui.



:[INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES]:
:[taille]: 1m84 (taille définitive atteint à l'âge de 26 ans).
:[yeux]: Bleu clair et or.
:[cheveux]: Bleu usé.
:[apparence]: 17 ans.
:[pelage]: Bleu usé, balzan blanc, avec des marques sur le pelage rappelant ses tatouages.
:[dimension]: 2,63m au garot, 3,68m debout (taille définitive atteint à l'âge de 36 ans).
:[armes]: Miran se bat généralement au katana, étant une arme légère, de précision, et plutôt longue, mais il a reçu une telle éducation qu'il pourrait se battre avec n'importe quoi. Au corps à corps, il est redoutable. Par ailleurs, il affectionne son très fameux "ami Ace", c'est à dire son STRAITH, une antiquité de la guerre de 60 remastérisée. Au final, le bijou tire une balle de 3mm et vous fait un trou de 20 cm de diamètre. Un vrai ami.
:[langue maternelle]: Anglais, hongrois, russe, norvégien.
:[meute de rattachement]: Lassithi.
:[particularités]: Les tatouages qui ornent son corps depuis sa naissance, bleu et étrange, formant comme des sceaux sans en être.
:[citation]: " Finalement quand on aime ce n'est pas de l'aveuglement, c'est du masochisme. "
:[animal totem]: un Guiraca bleu.
:[couleur significative]: bleu sombre.

:[parents]: Sindri de Lassithi & Sasha Orlov.
:[frères et soeurs]: Freya, Espen et Alisha.
:[parrain]: Izaak.
:[liens familliales]: Orlov/Lassithi/Lusitanie/Konstantine/Nicée.
:[aime]: Lakshan de Qadesh.

:[expression préférée]: " merde ".
:[se décrit comme]: " un parasite ".
:[obsession]: la liberté, la justice, la mer.
:[phobie]: une cage, ne rien sentir.
:[vice adoré]: la douleur.
:[péché]: la colère.
:[sang]: A-.
:[signe astro]: ?.
:[métier]: chasseur de têtes.



:[image]: lien.
:[thème]: Je me suis fait du mal, Mano Solo.

Spoiler:
Je me suis fait du mal, bien plus que tu n’aurais pus m’en faire, je me suis mis des chaînes, que n’aurait pas forgé ta haine, je me suis ouvert les veines, sur le fil de ton silence, j’en ai mis partout, j’étais bien plus fou que ce que tu croyais, mais bien moins, de combien t’en avais peur, pour un regard je me suis crevé un oeil, Arraché les dents pour un sourire, J’ai écartelé ma voix, pour un mot de toi, pour un mot de toi, j’ai laissé pousser ce houx, dans mon coeur, ou sont enterrées tant de jolies fleurs, j’ai creusé ce gouffre dans ma poitrine, où sont enterrées tant de victimes, J’ai massacré mes amis, ouvert la porte à mes ennemis, et j’ai fait du bien, à des vilains, qui m’ont tous chiés, dans la main, J’ai pénétré la bataille, avec juste ma bite et mon couteau, mais je n’ai rien gagné, A ne pas vouloir tout perdre, Et je marche dans cette nuit, et je porte trop bien mon nom, Comme un chien migrateur, j’ai usé les semelles, et les cordes de ma guitare, Je me suis fait du mal, Bien plus que tu n’aurais pus m’en faire, je me suis mis des chaînes, que n’aurait pas forgé ta haine, Je me suis fait du mal, je me suis mis des chaînes


:[FRISE RP]:

31xx, Be kind... rewind.



Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum