Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 1:07
C'était encore une de ces douces après midi où les lyciens se posaient à l'ombre de grands arbres pour se reposaient. Ces journées là se comptaient sur les doigts d'une main, mais Lakshan les aimait plus que tout. Il lui semblait que le temps n'existait plus quand il sentait le soleil lui brûler la peau. Comme tout lukk qui se respecte il aimait cette agréable sensation d'été, d'enfer brûlant sur sa peau. Et il aimait plus la façon dont la lumière jouait dans les cheveux de Laksha, parfois bleus, parfois verts. Elle était magnifique Laksha avec sa peau de porcelaine, et ses yeux de grands fonds. Il s'y serait noyé, n'importe qui s'y serait noyé. Elle était ce que la fratrie avait de plus précieux. Un peu comme une maman, mais une maman dont on sait qu'un jour il faudra qu'elle parte pour avoir des enfants à elle. Ce jour-là, Lakshan, Lohendra, Lochan et Laeila le regardaient approcher d'un oeil noir. Ils en renifler l'odeur dans les garçons qui osaient la couver du regard mais qui avaient trop peur de Lakshan pour oser approcher. Mais lui le savait. Un jour, il y aurait un type qui aurait le cran. Un type à qui il faudrait la céder.

" Qu'est-ce que tu as?", demanda-t-elle comme il glissait ses doigts entre les siens.
"Mh... rien. Tu es beaucoup trop jolie pour être l'invitée d'une mariée... tu vas lui faire de l'ombre."

Elle rit. Bien sûr qu'elle rit. Elle ne le prend pas au sérieux. Jamais quand il parle comme ça, quand il s'approche de la limite, celle qui déplait tant aux autres qui y mettent après tout ce qu'ils veulent. Pourtant Lakshan n'y pense pas comme ça. Elle est leur Wendy cette magnifique fleur d'Amazonie. Qui a dit que les orchidées étaient belles? Qui a dit qu'une seule chose était belle au monde? Qui a vu Laksha de Qadesh si belle qu'elle semble iréelle, une nymphe sauvage, délicate aussi, incroyablement savoureux. Comme les violettes qui ne veulent pas être senties. Les violettes qui laissent leur parfum vous effleurer le coeur une seconde et puis vous le cache par pudeur. Il voulait que les choses restent comme ça. Intactes. Vierges. Infiniment belles.

[***]

Là encore il la regarde. Seul de loin. Il ne veut pas l'étouffer, mais il étouffera tout ceux qui voudront la leur prendre. En marge de ce beau mariage blanc il y a une ombre, une montagne en fait. C'est Lakshan qui se contient à en crever. Pourtant il se rend malade pour rien. Elle est si seule Laksha quand on regarde avec des yeux qui ne sont pas jaloux. Elle semble un peu perdue au milieu de tout ça, comme toutes les lyciennes. Les jumeaux et Laeila eux, sont plus légers. Ils sont sur un terrain de jeu. Lakshan et elle non. Il cherche dans la foule des invités la petite tête rousse de Leonie mais il semble qu'elle s'amuse beaucoup avec les Byzacène. C'est une petite lionne, fière, jolie elle aussi mais qu'il ne sait pas cueillir. Peut-il lui en vouloir? Il ne lui laissait pas beaucoup de place à côté de sa soeur...
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 1:36


La terre ferme. Miran débarqua sur le sol, quittant les planches humides du navire sur ce bout de terre qui n'appartenait plus, depuis longtemps, qu'aux loups les plus solides. Il eut un sourire en coin, aimant cet odeur de sel qui lui avait été, pendant longtemps, si chère. Une habitude aujourd'hui et pourtant, il savait que bientôt il se languirait de jouer aux acrobates sans peur sur les poutres, de se perdre comme ça, à contempler l'océan, la mer qui n'a jamais de fin. Une fin aux couleurs d'or et de feu. Le soleil. Le sac sur l'épaule, il salua les marins et quitta le petit port sans un mot. Il partit sur la route, à pieds. C'est sur le chemin qu'il croisa Rafael, qui se rendait également à la fête. Le loup de Nicée avait vieillit, et pourtant, il avait toujours ce regard distant et mal à l'aise avec les autres loups. Comme si il n'avait jamais appartenu à eux dans le fond. Miran pouvait comprendre, il avait grandi dans un univers étrange. Il avait vécu comme un exilé sans en être un, avait reçu ses leçons par un assassin et avait finalement tué son premier homme alors que tous ses amis s'amusaient à découvrir les joies des passions. Sa vie à lui ne ressemblait à aucune autre, et si il n'en parlait pas, c'était parce qu'elle était si secrète qu'elle en devenait précieuse. Il ne l'aurait pas échangé. Pour aucune. Il monta sur la moto du Nicée et rejoignit le campement en sa compagnie, étonné de voir que malgré toutes ses années – ses siècles à ce niveau – il suivait sa route, s'arrangeait pour croiser Laértês le plus de fois possible dans un mois sans s'attacher à la meute dans laquelle il n'aurait jamais été bien, parce qu'il était très clair qu'il n'avait jamais été « bien » avec d'autres personnes. Solitaire dans l'âme. Au campement, tout était déjà bien avancé. Quand Miran posa pieds sur le sol, laissant Rafael à la découverte de la belle Céleste, qui semblait embellir de jour en jour aux côtés de Lev, Freya fut la première à se jeter sur lui. Son odeur de sel et d'eau le fit sourire, et il aida, juste, à monter les derniers chapiteaux. Alisha et Espen avaient grandi, comme n'importe qui. Miran était partit longtemps, sans laisser de nouvelle, alors c'est tout naturellement qu'il fut surpris de les voir... comme ça? Ils n'avaient pas changé. Freya toujours aussi philosophe et légère, Alisha indomptable, et Espen rêveur. Ça faisait chaud au coeur de voir que rien ne changeait, même si dans le fond, en voyant une tête verte, il y eut un pincement à l'intérieur. Car, en effet, rien ne changeait. Vite pris dans la foule, croisant ici et là des amis, des connaissances, sa famille, on le poussa presque à la cérémonie trop silencieuse. Il était fatigué, mais il tenait bon. Il n'avait pas prévu de rester bien longtemps, et il se disait qu'il aurait tout le temps de dormir le lendemain, quand ce beau peuple aurait fini par comprendre qu'un loup reste un homme, et qu'un homme ivre, ça vomit.

Au bal, personne qui ne l'intéressait, personne qui s'intéressait. Point barre. Il remarqua Freya, qui riait aux éclats, pendu au coup d'Espen. Ce n'était pas un jeu malsain, comme certains pouvaient croire venant de louveteaux qui avaient grandi avec les Solokoff, mais comme l'avaient tant de fois soulevé Freya, les coeurs des quatre Lassithi étaient un gouffre, et il aurait fallu plus qu'une belle paire de jambe pour le remplir. D'ailleurs, chez eux, l'apparence ne valait pas plus que ça. Un corps, ça ne fait que rougir un instant, mais quand il ne reste plus rien à la découverte des yeux et des mains, c'est à l'âme qu'on s'attarde. L'âme. Miran baissa les yeux, un poil mélancolique, un verre à la main. Ivre? Un peu. Pas assez pour rire et danser, rire et faire danser Alisha. Pas assez pour aller voir Laksha, et se dire qu'après tout, il n'y a rien de mieux qu'un avenir certain, même si on ment. Laksha aurait fait une bonne femme, elle l'aimait aussi, alors... Non. Tout ça c'était bien ridicule. Un jeu de mensonge. Une mascarade que seul le bon vin lycan pouvait suggérer à son esprit. Il regarda Sindri et Sasha, mains dans la main, et cilla. Il ne serait jamais comme ça. C'était dans sa nature. Il avait essayé, vraiment. D'oublier. Sur un bateau, avec cent hommes. Il avait cru qu'une fois le pieds sur la terre, il aurait envie. Mais rien. Alors il avait fini par admettre que c'était une sorte de maladie incurable, qui vous bouffe au coeur. Il avait fini par comprendre qu'au lieu de se battre, se faire ronger volontairement, c'était moins douloureux. Ses yeux se levèrent, remarquèrent les couples dans la salle, presque formés, presque. On voyait bien que depuis qu'il était partit, les choses avaient changés. En quatre vingt ans, beaucoup de chose change. Les meutes s'étaient tantôt agrandies, tantôt... oui. Les petites guerres. Il se décolla du mur, passa entre deux couples valsant, avec un sourire. Une fille l'accrocha, là. Les cheveux ébènes de la jolie Valeska, de la meute des loups rouges. Miran haussa un sourcil.

« Miran de Lassithi, c'est ça? » Sans doute. Il pencha un peu la tête, patient sans l'être. Il ne voulait pas rester, et elle était l'obstacle vers la sortie. « Que caches-tu sous ce bandeau? »

Elle avait un sourire espiègle, joueur. Mais lui ne voulait pas rire. Il baissa les yeux, un sourire amusé, un instant.

« Des larmes, ma chère. De grosses larmes. »

Étonnée de la réponse, elle le laissa partir, s'échapper de cette fête, de cette petite folie qu'il haïssait tant. Il inspira profondément l'odeur fraîche, et alla lentement vers la tente de Nabor, dépliant sa tente dans l'obscurité du soir. La lune pour seule amie, il repensait, au passé, à tout ça. A ce bandeau qu'il gardait sur le visage alors qu'il n'y avait rien, ni tatouage, ni même de cicatrice. C'était à quatre ans qu'il avait décidé de le porter. On regardait le visage de son frère Espen et de sa soeur Alisha comme si ils avaient été des enfants du diable, des monstruosité. Freya et Miran avaient été presque épargné – leur corps portaient les marques mais pas leur visage – alors il avait déchiré un bout de sa chemise et avait caché ses yeux et son front avec. Les gens n'avaient plus regardé Espen et Alisha, leur curiosité trop piqué à savoir ce qu'il y avait derrière ce bandeau, et il n'y avait rien. Que des yeux vairons, si unique, que des yeux qui cachaient des larmes sans trop savoir pourquoi. Un oeil bleu, un oeil or. Et Miran de Lassithi, qui montait sa tente sans un mot dans la nuit.


avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 2:18
C'est dans le vent. Où c'est autre chose. De loin comme il regarde sa soeur, son trésor, il prie pour qu'elle ne le voit pas parler à une autre mais il sait qu'elle l'a vu. Miran. Autrefois objet de discorde puis de tant de larmes. Pas pour lui les larmes mais pour elle. Il avait fini par le lui dire. Par lui raconter ce qui s'était passé. Il avait cru la perdre un instant, elle s'était échappée trop belle, trop digne pour se répandre en larmes ou même pour le haïr vraiment. Il s'était senti le traître de l'histoire, pire encore, il avait pris le glaive et le lui avait enfoncé dans le coeur, il avait dû l'abandonner le temps qu'elle guérisse un peu... Il lui avait demandé pardon. Elle avait dit qu'il n'y avait rien à pardonner, que ce n'était la faute de personne. C'était comme ça. Tout simplement. Et elle avait été sincère. Comme toujours.

Il y a quelque chose dans le vent, et c'est le goût de la culpabilité. Pas envers sa soeur, parce que tout est dit, tout est pardonné et réglé. C'est à Miran qu'il doit des excuses. Parce qu'il a trop mal réagi. Parce qu'il ne l'a pas ménagé, qu'il l'a massacré quant au contraire il aurait dû essayer d'être compréhensif. Mais il est lukk, né en lycie de surcroît. Il n'est pas délicat, il ne ménage pas les autres. Mais il n'a pas pour autant un mauvais fond.

" Mh... hey... tu vas t'en sortir?"

Un peu nul comme entrée en matière mais soit. On ne fait pas faire de la dentelle à un tanneur. On n'apprendra jamais les manières de la cour à un lycien.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 2:39
Un mauvais diable est un mauvais démon, qui vous suit et cultive votre peine du soir au matin. Miran ferma les yeux, et un instant la tente lui échappa des mains sans qu'il ne le veuille. En temps normal, il aurait dormi à même le sol, presque nu, sous rien, sous un presque rien. Il n'avait aucune pudeur, pas plus qu'il n'avait peur du reste du monde. Il lui était arrivé de se réveiller sous le regard ahuris de quelques uns, alors il avait appris que les regards des autres vous reprocher de ne pas être comme eux, de ne pas rougir de peu. Miran aurait cru ne jamais être mal à l'aise, lui qui se jouait de tout, lui qui était un acrobate de la vie, et pourtant, en sachant Lakshan juste dans son dos, proche et loin à la fois, ça lui faisait bizarre. Bizarre était un faible mot.

« Mh... hey... tu vas t'en sortir? »

Un frisson lui remonta l'échine. De colère. De haine, aussi. Il avait couru, il s'était sentit tellement honteux. Il avait cru bien faire. On lui avait toujours répété d'être honnête, et tout enfant, il avait été émerveillé en voyant Laértês et Rafael ensemble. Ils avaient cru que l'amour, c'était pas que pour les hommes et les femmes, et que comme disait Caël, « on aime que la personne à qui on veut faire des bisous ». Un truc un peu débile qui lui avait coûté une baffe, une gifle qui avait remis en place ses idées et ses ardeurs. Dans le passé, il l'aurait collé à un mur, l'aurait embrassé sans lui de mander son avis. Il avait été trop sûr de lui, sans se douter un instant que tout n'était pas à double sens. Il aimait quelqu'un. Mais il ne s'appelait pas Miran, et ça, le Lassithi l'avait bien compris. Plus tard, il s'était perdu dans les méandres du Mexique, et dans une église, dans un village perdu, qu'il avait aidé à construire, en voyant que les gens la désiraient, il avait posé une seule question à l'homme « de moral » dont on disait que son esprit était ouvert. « J'aime un homme, monsieur. » « ...Ne t'inquiètes pas, il y a des solutions. Il y a des thérapies... » Des thérapies. On avait détruit Miran et son coeur. Ça n'avait plus été un gouffre sous lui. Il avait juste eut besoin que quelqu'un lui dise, à lui, en face : « et alors? C'est rien », mais personne ne le lui avait dit. Coupable d'aimer. Quel drôle de crime, pour le fils de deux assassins. Il pivota sur lui même, ses yeux vairons se fixant sur Lakshan avec un air étrange, entre la haine et le dégoût. Sa main avait laissé une marque sur sa joue pendant une semaine entière, et il avait du la traîner, du jour au matin. Elle avait été plus brûlante que les tatouages d'Alisha, plus voyant peut être. L'objet de sa honte.

« Mon prénom c'est Miran. Et je crois pas avoir l'air d'une princesse en détresse. »

La tente tomba sur le sol, mais Miran ne cilla pas. Cette tente, il pouvait la monter en un clin d'oeil. C'était sa tente. La seule chose qu'il ne supporterait pas, c'est que Lakshan approche, la touche. Il le frapperait, comme ses poings se serraient. C'était de sa faute à lui. C'était lui qui l'avait rendu comme ça, et il devait payer.

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 3:18
« Mon prénom c'est Miran. Et je crois pas avoir l'air d'une princesse en détresse. »
« Je sais. C'est pas c'que j'ai dit. »

Après tout il ne pouvait pas lui en vouloir. Il se rappelait avoir frapper vraiment fort. Et pourquoi? Non il ne savait même pas pourquoi. Il savait juste que Miran lui avait volé son premier - et son seul - baiser. Il n'avait même pas pu embrasser la belle Léonie après ça parce qu'à chaque fois qu'il avait essayé, il avait pensé à cette gifle, à cette scène ridicule. Il avait reculé presque avec dégoût, parfois avec colère et finalement, Leonie s'était éloignée, croyant que c'était ce qu'il voulait. C'était ce qu'il avait récolté à s'être montré si impulsif, si incompréhensif.
Il fourra ses mains dans ses poches. Clairement mal à l'aise. Mais il ne voulait pas partir sans avoir dit ce qu'il avait à dire.

« Je venais juste m'excuser de la réaction que ... mh... j'ai eu la dernière fois qu'on s'est vu. Voilà. C'est tout. Je te les devais. »

Concis le lycien. Il ne va pas s'attarder plus que ça. D'une parce que cette histoire de gifle et de baiser le mettait mal à l'aise. Ca le hantait comme un cadavre dans un placard. Et de deux parce qu'il était évident que Miran n'était pas ravi de le voir. Lui, Lakshan, avait grandi, mûri. Il avait tout pris de la carrure des Qadesh, et le même plomb dans la tête que son oncle Lykkos. Les mêmes manies parfois, à ceci prêt que Lakshan était plus fermé, moins à l'aise, alors que Lykkos semblait avoir une aisance naturelle pour tout.

Voilà. C'était dit. Il tourna le dos dans l'idée d'aller s'enfoncer dans un coin de forêt. Là où il ne pourrait plus surveiller Laksha. Là où ses souvenirs allaient le suivre et le martyriser un peu. Mais il l'acceptait. C'était bien fait.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 3:42


Les yeux de Miran le fixaient, perçants, violents. Miran était la bestialité à l'état pur, ou presque. Derrière ce bandeau rouge, les gens se demandaient toujours ce qu'il y avait. Si c'était vide, si c'était marqué, si il cachait une ancienne cicatrice, mais il n'y cachait que la peine et la détresse d'un monde qui avait fini par tomber en miette. Il le fixait pourtant sans crainte, sans trembler, sans rougir non plus de ce qu'il avait fait. Si il était ainsi, c'était de sa faute, et il n'allait pas rougir de l'avoir embrasser. À comparaison, il n'aurait jamais baisser les yeux d'avoir égorger un homme, alors en embrasser un, ça aurait été se moquer de la vie.

« Je venais juste m'excuser de la réaction que ... mh... j'ai eu la dernière fois qu'on s'est vu. Voilà. C'est tout. Je te les devais. »

Son regard se troubla sans le vouloir. Un truc dans l'estomac qui avait remué l'espace d'un instant. La haine, ou la panique? Être oublié, pardonné, s'était enterré ce qu'il y avait eut. Était-ce vraiment ce qu'il voulait? Il n'en savait rien. Repartir d'un bon pieds, c'était... non. C'était impensable. Il n'avait pas le droit de tout effacer, de dire que ce n'était pas vraiment grave, que c'était pas assez grave pour être oublier comme ça. Miran fit quelques pas, pas grand chose.

« Hey Lakshan...! »

Se retourna, et c'est sa main qui parla à sa place. Sur sa joue, les marques de ses phalanges pliaient à s'en faire mal. Ouais. Peut être que Miran aimait se faire du mal, raviver la douleur à l'intérieur, mais c'était pour mieux apprécier cette saveur unique, la saveur de la souffrance. Selon Izaak, il valait mieux souffrir. C'était qu'on vivait. Quand on ne sent rien, c'est qu'on est mort.

« Tes excuses bidons, tu te les gardes. Je les accepte pas. »

Parce qu'il est trop difficile d'accepter qu'on est rien. Oh, Miran est égoïste, sans doute, mais qui n'aurait pas préféré être une épine ou une douleur pour celui qu'il désire plutôt que de n'être tout simplement rien? Miran aurait aimé être une amputation. C'est bien, une amputation. Au moins, c'est visible.

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 3:55
« Hey Lakshan...! »

Celle là il ne l'avait pas vu venir. Pourtant, solide comme un roc, il ne broncha pas. Seul son regard se durcit. Peu de gens pouvaient se vanter d'avoir lever la main sur lui sans l'avoir regretter. Miran le premier. Combien de fois avait-il été victime de l'excès de protectionnisme du jeune de Qadesh.
Comme tous les lyciens, Lakshan avait intégré l'idée de se battre à son quotidien. Et on ne lui avait jamais appris à épargner. Pourtant là, il se contenta de hocher la tête silencieusement.

« Eh ben comme ça on sera quittes. »
« Tes excuses bidons, tu te les gardes. Je les accepte pas. »
« Est-ce que tu me traiterais d'hypocrite? »

C'est à ce moment là qu'elle s'allume. L'étincelle. La rage, le feu des lyciens. Celle de Lakshan quand il est piqué et que son sang ne fait qu'un tour. Quand il a le corps chaud tout d'un coup et qu'il est prêt pour la raclée à la lycienne. Mais il est adulte maintenant et si les jointures de ses poings craquent, il fait plutôt bien dans l'exercice de celui qui se retient. Il serre un peu les dents parce qu'il n'aime pas qu'on entache son honneur, et le carré de sa mâchoire se révèle dans ce qu'il a de plus beau. Une pièce de marbre aux veines qui saillent très légèrement. Il est beau Lakshan, parce qu'il est brut, nature. Mais il a appris un peu de la retenue de sa jumelle. Un peu. Trois fois rien en fait.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 4:02


« Eh ben comme ça on sera quittes. »
« Tes excuses bidons, tu te les gardes. Je les accepte pas. »
« Est-ce que tu me traiterais d'hypocrite? »

Les yeux de Miran brillent, et il se fait plus dur. C'est drôle de croire que Miran de Lassithi peut être dur, quand on pourrait le croire léger comme Freya ou Espen. Lui est plus grave que tous ses frères et soeurs. Il a été baigné par la peur de Sindri, par la morale de Izaak, et il a appris l'histoire de Skyler. Son coeur n'est qu'un gouffre sans fond, et il faudrait être fou pour s'y jeter. C'est sûr, Lakshan a peur. Peur de tomber. C'est ce que se dit Miran, pour se rassurer, pour ne pas se dire qu'il est si laid, si vil qu'on ne peut l'aimer.

« Parce que ça ne l'ait pas? » Il le fixe, prêt à rendre les coups. Il n'a pas peur d'avoir mal. Il a souffert si longtemps, qu'un coup de poing serait vite oublié, pour qui a grandi dans le sang et les cris. « On s'excuse pas d'un truc qu'on a fait. Sinon, ouais, on est hypocrite. »

Ce n'est pas une fois le couteau enfonçait dans la gorge qu'on pleur d'avoir tué. C'était la première des leçons d'Izaak. Le pardon n'est salutaire que lorsqu'on en meurt. Le pardon, c'est ridicule. Il doit être donner, pas demander, pas quémander, pas même invoquer. Un pardon, c'est rien. Un mot. Du vent en somme pour qui souffre depuis prêt de cent ans.

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 4:13
« On s'excuse pas d'un truc qu'on a fait. Sinon, ouais, on est hypocrite. »
« Et c'est moi qu'on traitera de barbare petit prince. J'espère vraiment qu'en grandissant tu seras capable de reconnaître les fois où tu as été dans l'erreur et qu'alors tu accorderas un peu plus de valeur aux excuses qu'on te présente à défaut d'en présenter toi même. »

Parler. C'était ce que Laksha lui avait dit. De parler plutôt que de frapper. De réfléchir avant de frapper. Il l'écoutait maintenant qu'il se retrouvait dans la situation. Il avait envie de le fracasser ce petit prince insolent. Ce petit con aux cheveux bleus qui avait commencé à le courir à la seconde où il l'avait vu pour la première fois.

« Sinon a quoi bon vivre éternellement si c'est pour stagner? Je ne reprendrai pas mes excuses parce que je les pensais. Si je t'ai frappé cette fois là c'était surtout parce que je n'ai pas cherché à te comprendre et non parce que je portais un quelconque jugement. Je suis impulsif et j'me soigne comme tu vois. Après t'en fais c'que tu veux. »

Fin de la conversation? Peut-être pas. Il avait envie de se barrer. De mettre hors de sa vue cet étranger qui se rappelait à son bon souvenir pour le seul plaisir de... de quoi d'ailleurs? Etait-il maso tout simplement? Et lui, Lakshan, qui ne cille pas, qui garde les épaules bien droites, a-t-il seulement assez de la sagesse de Laksha pour se retenir trop longtemps?
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 4:33


« Et c'est moi qu'on traitera de barbare petit prince. J'espère vraiment qu'en grandissant tu seras capable de reconnaître les fois où tu as été dans l'erreur et qu'alors tu accorderas un peu plus de valeur aux excuses qu'on te présente à défaut d'en présenter toi même. »

Miran ne cilla pas. Ça ne le touchait pas. Il n'avait pas été élevé ainsi. Pardon, excuse-moi, toutes ces conneries là avaient bien souvent servi à ceux qui faisaient volontairement du mal. Miran n'avait pas peur de dire que tout ça, il le vomissait. Izaak l'avait giflé jeune d'avoir demander de l'excuser, parce qu'on excuse pas. Quand on fait une chose, il faut en être responsable. Point barre. Le prince aux cheveux bleus releva le menton, fier, à l'allure trop droite. Où était-il, ce Qadesh rageur qui l'aurait roulé de coup? Où était-il, bien caché? Ce diable qui lui avait pris le coeur sans que le prince ne s'en rende compte. C'était donc ça, le gouffre dont parlait Freya en riant, un coeur arraché.

« Sinon a quoi bon vivre éternellement si c'est pour stagner? Je ne reprendrai pas mes excuses parce que je les pensais. Si je t'ai frappé cette fois là c'était surtout parce que je n'ai pas cherché à te comprendre et non parce que je portais un quelconque jugement. Je suis impulsif et j'me soigne comme tu vois. Après t'en fais c'que tu veux. »

Il est bon parfois de stagner dans la douleur. Cette excuse ne fera rien de plus ni de moins. Elle n'est rien aux yeux du prince, alors si c'est pour s'alléger l'âme, Lakshan ne le fait que pour lui. Le Lassithi grince des dents, comme Skyler le ferait à sa place. Il a ses mimiques de toute sa famille réunie. Il a cette pensée qui vient de lui, mais est un condensé de ce qu'on lui a appris. Il avait détourné les yeux, quelques secondes à peine. Repenser à tout ça, ça lui donnait envie de vomir, mais aussi de le pousser, à nouveau, de le prendre sans douceur, de prendre tout ce qu'il avait toujours voulu. Pour le seul plaisir de lui faire mal et de se faire du bien. Piétiner son corps, à défaut de posséder son coeur. Il serra les poings, le fixa à nouveau.

« Je suis peut être pas le mec parfait, le meilleur de la terre, mais j'suis honnête. Si je t'ai embrassé, c'était pas pour jouer, ou pour m'amuser. Et... Et j'ai vécu 80 ans à me dire que tu finirais avec Léonie, et que j'avais juste à fermer ma gueule et continuer ma route... » Miran haussa un sourcil, semblant réfléchir un instant. « Mais t'es pas avec Léonie, pas vrai? Et je suis pire qu'une teigne. Je suis un parasite, je vais m'accrocher, et j'te lâcherais pas si tu t'excuses toutes les 30 secondes parce que tu culpabilises. Plus tu culpabilises, plus je prends mon pieds. Et j'te rassure, quand t'as mal, ça m'fait bander. T'as aucune échappatoire. Alors frappes. Enlève moi tout espoir du crâne, parce que tant que j'en aurais, je continuerais. Et où que tu ailles, je serais là. »

Tout ça, c'était un peu ridicule, mais Miran n'était plus à ça prêt. Un coup de poing donné était rendu, et une fois rendu, il ferait mal, et si Lakshan avait mal, une trace, aussi infime soit-elle, c'était encore la chance d'être encrée quelque part. De le clouer au sol et d'le violer. Il vivait une vie d'exilé. L'être ne le dérangeait pas.

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 4:47
« Je suis peut être pas le mec parfait, le meilleur de la terre, mais j'suis honnête. Si je t'ai embrassé, c'était pas pour jouer, ou pour m'amuser. Et... Et j'ai vécu 80 ans à me dire que tu finirais avec Léonie, et que j'avais juste à fermer ma gueule et continuer ma route... Mais t'es pas avec Léonie, pas vrai? »

Leonie. Là où le bas blesse. Là où ça fait vraiment un mal de chien.

« Et je suis pire qu'une teigne. Je suis un parasite, je vais m'accrocher, et j'te lâcherais pas si tu t'excuses toutes les 30 secondes parce que tu culpabilises. Plus tu culpabilises, plus je prends mon pieds. Et j'te rassure, quand t'as mal, ça m'fait bander. T'as aucune échappatoire. Alors frappes. Enlève moi tout espoir du crâne, parce que tant que j'en aurais, je continuerais. Et où que tu ailles, je serais là. »

Il l'a voulu, il l'a eut finalement. Le poing de Lakshan s'abat sur sa gueule, plus fort, plus dur que bien des années auparavant. Si il frappe cette fois ce n'est pas parce qu'il est surpris. Ce n'est pas parce qu'il a peur. Ce n'est pas pour toutes les conneries de raisons que vous pourriez y mettre. Il frappe parce qu'il a mal, parce que ce connard au cheveux bleus lui aura pourri l'existence jusqu'au bout. Alors il frappe, il ne s'arrête plus. Et si il a du sang sur les mains tant pis. Il n'en a rien à foutre mais cogner sur la gueule de ce connard, qu'est-ce que ça fait du bien.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 4:55


Pauvre con. Se le répétait cent fois. Miran se prends les coups sans ciller. En faite, c'est douloureux, très, et il pourrait les éviter, parce que c'est le roi à ça, mais il ne le fait pas. Il se prends les coups, la morsure de sa peau contre la sienne. Masochiste. Ça fait mal à en crever, et c'est bon comme de l'alcool chaud au fond de la gorge, comme la chaleur d'une couverture dans un enfer froid. Miran s'est fait du mal, il s'est mis des chaînes, il s'est forgé sa haine et sa douleur seul, et il aime cette souffrance, il l'aime car quelque part, elle le raccroche à Lakshan, à lui. À eux, si tant est que ça existe seulement. Les coups qui pleuvent font voir qu'il a marqué juste. Miran n'a pas frappé une fois. Enfin. Il se décide juste à l'instant. Un seul coup, un coup de pieds dans le tibia, si fort que l'autre jambe est vulnérable. Une balayette basique qui le couche sur le dos au sol, retourné comme une crêpe, et Miran qui s'assoit sur lui. Quatre vingt ans auparavant. Ou presque. Combien de temps exactement, il ne sait plus, il l'ignore, il s'en fout. Il a la gueule en sang, mais ses parents lui ont fait un don bien étrange, qui fait qu'il n'y a que du sang. Les égratignures et ces conneries, c'est pour les autres. Sa peau se referme aussitôt, comme le ferait une peau d'ancien, et c'est à son tour de s'user les phalanges et les jointures à lui démonter la gueule. Ses coups sont lents mais puissants. Il ne cherche pas à taper beaucoup, mais fort. Fort à s'en démonter le coeur à l'intérieur. Fort à lui défoncer le crâne, pour qu'il pense à lui. Encore un peu. Juste un peu.

avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 14:46
Les coups pleuvaient, il les rendait, il en reprenait. Le lycien n'était pas prêt de s'agenouiller, de dire qu'il en avait assez. Un lukk par définition, ça aimait se battre, tous sans exception. Même la précieuse Lakhsa aimait se battre quoiqu'elle n'avait jusque là eu que peu d'occasion de le faire avec haine ou colère. Lakshan lui, y mettait toute sa rage. Il n'était pas retors comme Miran, pas le genre à vouloir laisser une quelconque emprunte. Certains avaient dit que ses enfants Sasha Orlov les avait eu avec Solokoff, même si à l'évidence, ils ne tenaient rien du Thébaïde physiquement et bien au contraire tout de leur père. Pour Lakshan ça ne faisait pas grande différence. Lui avait été élevé par tout le monde et par personne à la fois. Il s'était élevé tout seul. Il avait élevé ses frères et soeurs, réciproquement avec Laksha. Ca ne faisait pas de lui un loup qui juge. Ni un loup assez sadique pour arrêter de rendre les coups. Du moins pas comme ça.
Il y eut bien pourtant un moment où il finit par attraper Miran par le t-shirt et par le faire voler, se débarrassant de la peste qui lui collait aux basques, pour se relever et essuyer un filet de sang poisseux qui lui collait à la bouche.

« Y a un truc que t'as pas compris Miran. Je culpabilise pas. Je remettais simplement le compteur à zéro et pour moi il y est. Y a plus rien à dire. C'est de ta faute si je suis pas avec Leonie et quand je te cogne c'est à elle que je pense alors tu peux bander tant que tu veux, ça te mènera pas bien loin. »

Est-ce que c'est vrai? Un peu. Pas tout à fait. Vrai qu'il ne culpabilise pas, l'amour ne se commande pas après tout et il s'est excusé. Vrai encore que si Leonie lui échappe c'est à cause de Miran, mais pas tout à fait. C'est à cause de lui et de ce stupide baiser volé. Vrai encore que quand il cogne c'est à elle qu'il pense, mais pas que, il pense à l'échec, aux larmes de Laksha, à ce coeur qui va souffrir encore longtemps d'avoir été mal aimé. Il pense à ce petit con aux cheveux bleus qui l'insulte et qui lui cracherait presque dessus sous prétexte qu'il l'aime. Mais lui, Lakshan, ce n'est pas comme ça qu'il aime. Pas en se comportant comme une espèce de tique qui vous colle à la peau et vous mord à vous donner la fièvre. Lakshan a une autre image de l'amour. Une image qu'il a forgé en regardant Laksha. Pas une image incestueuse non, mais une image de ce qui pourrait la rendre heureuse. Une image de comment il aurait voulu que ça se passe pour elle. Qu'elle soit amoureuse et aimée en retour, non pas moquée et utilisée. Voilà à quoi pense Lakshan quand il cogne sur Miran.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 15:08


Quel genre de jeu a secoué les âmes des jeunes loups? Leur génération est pourrie jusqu'à la moelle. L'après-guerre les a forgé dans un monde où la nature a repris ses droits, où la société détruite a commencé à chuter, lentement. Les affres de l'Ancienne Révolution peut être. Il vole. Il ne l'a pas vu, s'écrase sur le sol, mais finalement ses mains l'arrêtent, félin et souple. Ses yeux vairons se fixent sur Lakshan, mais étonnamment, il ne revient pas à la charge. Quel con. Miran est bête, de croire qu'un coup de poing dans la gueule le soulagera. Il crache sur le sol tout le sang accumulé dans sa bouche, se redresse, ses os craquent sans le vouloir. Sa colonne vertébrale qui se déplie. Comparé à Lakshan, il est petit. Le gêne de sa mère, sans doute. Mais il n'a pas peur. Il sait qu'il est fort, plus fort que la moyenne, et ce n'est pas ce garçon aux cheveux vert qui le fera trembler.

« Y a un truc que t'as pas compris Miran. Je culpabilise pas. Je remettais simplement le compteur à zéro et pour moi il y est. Y a plus rien à dire. C'est de ta faute si je suis pas avec Leonie et quand je te cogne c'est à elle que je pense alors tu peux bander tant que tu veux, ça te mènera pas bien loin. »

Les yeux de Miran brillent dans l'obscurité. Le bandeau défait glisse sur son vsage, son nez, puis sa gorge, en une lacet rouge qui ressemble vaguement à rien. Il lui a laissé jadis, sans le vouloir, s'est échappé comme cendrillon. Mais il n'a pas cherché à lui rendre. Il n'a d'ailleurs rien cherché. C'est Miran qui a toujours voulu quelque chose, et qui n'a rien eut. Il se tendit, se crispa, ses yeux cillèrent en deux lunes brillantes dans l'obscurité.

« J'en avais marre. Marre que tu la regardes, et ça me faisait tellement mal, parce que tu m'en voulais d'être aimé par ta soeur, sans même que je ne l'aime. Je voulais que tu aies aussi mal que moi. Mais... J'ai pas voulu tout ça. D'ailleurs, j'voulais même pas aimé. J'étais partit pour vivre une vie d'exilé, finir seul pour mieux chasser, et... » Il grogne pour lui même. « Et on choisit pas. C'est pas de ma faute si t'es pas avec Léonie. Je t'ai laissé 80 ans. Je suis partit, j'ai tout abandonné pour ne pas penser. Si t'as gaspillé ton temps à repenser à moi, alors c'est qu'il y a encore de l'espoir – ou bien que je suis fou. »

Ne pas trembler, rester droit et dire ce que l'on pense. C'est là la nouvelle génération des lycanthropes, moins hypocrites, plus dures. Moins hallucinée, née dans un monde en miette, détruit et pourtant ô combien beau sous leur pieds.


avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 16:13
« J'en avais marre. Marre que tu la regardes, et ça me faisait tellement mal, parce que tu m'en voulais d'être aimé par ta soeur, sans même que je ne l'aime. Je voulais que tu aies aussi mal que moi. Mais... J'ai pas voulu tout ça. D'ailleurs, j'voulais même pas aimé. J'étais partit pour vivre une vie d'exilé, finir seul pour mieux chasser, et... »
« Je t'en ai jamais voulu parce qu'elle t'aimait Miran. Je croyais que tu l'aimais et là où je t'en ai vraiment voulu c'est quand j'ai dû aller lui dire que non. Que c'était pas elle mais moi. Là où je t'en veux toujours vraiment c'est qu'avec ta mentalité de merde t'es pas capable de voir qu'il y en a pour qui des excuses ça compte, ça fait du bien, comme un baume sur le coeur. »

Toujours elle, la belle Laksha. Oh si elle savait elle lui dirait de se taire. Elle lui dirait de le laisser tranquille, elle prendrait sa défense peut-être même. Parce qu'elle l'aime de ce genre d'amour dont on ne guérit pas ou que peu malheureusement.

« C'est pas de ma faute si t'es pas avec Léonie. Je t'ai laissé 80 ans. Je suis partit, j'ai tout abandonné pour ne pas penser. Si t'as gaspillé ton temps à repenser à moi, alors c'est qu'il y a encore de l'espoir – ou bien que je suis fou. »
« Prends pas tes rêves pour des réalités. Les seuls fois où j'ai pensé à toi, c'est quand je voulais l'embrasser elle. Le reste du temps nada. T'es rien pour moi hormis le mec qui a bousiller ma soeur en faisant presque rien finalement. Tu veux savoir pourquoi je te déteste: ben c'est exactement pour ça. Et puis même si j'étais gay, crois moi que tu serais pas le genre de mec qui m'attirerait. Tu dis que tu m'aimes ou du moins tu le sous entends mais qu'est-ce que tu sais de moi? Rien du tout. Qu'est-ce qui t'excite tellement? La taille, la largeur de mes épaules, la force que je mets dans les coups que je te porte. Tss, aimer ça n'est pas juste ça. C'est beaucoup plus et je crois pas, sincèrement, que tu me connaisses assez pour pouvoir te vanter de m'aimer. Si tu as tout quitté ce n'est pas de ma faute. Rien de plus qu'un peu d'orgueil mal placé et peut-être aussi, très probablement même, l'appel de la route. »

Il était sérieux, et tant que Miran s'évertuerait à jouer le rôle de la teigne, à l'emmerder comme ça, il ne le prendrait jamais au sérieux. Quand à lui dire que jamais aucune autre bouche que la sienne ne s'était posée sur lui, niet. C'aurait été entretenir le feu au lieu de l'étouffer. Il n'y a pas d'espoir. Pas pour ça.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 16:54
« Je t'en ai jamais voulu parce qu'elle t'aimait Miran. Je croyais que tu l'aimais et là où je t'en ai vraiment voulu c'est quand j'ai dû aller lui dire que non. Que c'était pas elle mais moi. Là où je t'en veux toujours vraiment c'est qu'avec ta mentalité de merde t'es pas capable de voir qu'il y en a pour qui des excuses ça compte, ça fait du bien, comme un baume sur le coeur. »
« C'est contre mes principes que de mentir. Je ne te demande pas de t'agenouiller, ne me demande pas de m'excuser. »

Il ne cille pas. Il a fait du mal aux gens, mais ce n'était que le juste retour de ce que lui ressentait. On accuse pas une bête blessée de mordre le premier venu. Laksha était juste au mauvais endroit au mauvais moment, et ça, on ne le lui enlèverait pas de la bouche. Il n'avait pas été élevé comme les autres. Sa morale n'appartenait qu'à lui. A vraie dire, il aurait même pu tuer Lakshan sur le champ, parce que c'était normale. Izaak avait tué son frère avant lui. Un frère. Alors Miran aurait très bien pu tué celui qui ne l'aimait pas, pour la simple raison qu'au moins, il en aurait été débarrassé. Cependant, une once de raison, hérité de Sindri et Sasha peut être, subsistait. Ça, et l'espoir, infime peut être, mais présent tout de même. Un espoir qui ne portait qu'un nom, ô combien détesté.

« C'est pas de ma faute si t'es pas avec Léonie. Je t'ai laissé 80 ans. Je suis partit, j'ai tout abandonné pour ne pas penser. Si t'as gaspillé ton temps à repenser à moi, alors c'est qu'il y a encore de l'espoir – ou bien que je suis fou. »
« Prends pas tes rêves pour des réalités. » Miran se rembrunit, l'infâme, le connard. Il piétine encore son petit bonheur, prends des libertés sur son territoire. Le Lassithi sert les poings. « Les seuls fois où j'ai pensé à toi, c'est quand je voulais l'embrasser elle. Le reste du temps nada. T'es rien pour moi hormis le mec qui a bousiller ma soeur en faisant presque rien finalement. Tu veux savoir pourquoi je te déteste: ben c'est exactement pour ça. Et puis même si j'étais gay, crois moi que tu serais pas le genre de mec qui m'attirerait. Tu dis que tu m'aimes ou du moins tu le sous entends mais qu'est-ce que tu sais de moi? Rien du tout. Qu'est-ce qui t'excite tellement? La taille, la largeur de mes épaules, la force que je mets dans les coups que je te porte. Tss, aimer ça n'est pas juste ça. C'est beaucoup plus et je crois pas, sincèrement, que tu me connaisses assez pour pouvoir te vanter de m'aimer. Si tu as tout quitté ce n'est pas de ma faute. Rien de plus qu'un peu d'orgueil mal placé et peut-être aussi, très probablement même, l'appel de la route. »
« Ton physique m'intéresse pas. »

Phrase implacable, froide. C'était quoi, ça, se préjugé à deux balles? Aimer un homme pour ses épaules? Est-ce que ça s'était vu chez un Lassithi? Certainement pas. Est-ce que ça s'était vu chez un Orlov? … soit, mais pour des yeux. Est-ce que ça s'était vu chez les Solokoff? Encore moins. Aimer avec le cœur, se laissait guider, sans réagir, sans se repentir de ressentir. Il avait juste eut envie. Pas grand chose au final. Il l'avait regardé, et ce n'était pas tant son physique mais l'impression qu'il lui avait fait cette première fois qui avait déclenché quelque chose, à l'intérieur. Il ne le connaissait pas, sans doute ne le connaitrait il jamais aussi bien que ses frères et soeurs, mais c'était à ça prêt qu'on ne connaît jamais totalement celui que l'on aime. D'ailleurs, on ne connaît jamais quelqu'un. Mais au moins, tout ça, c'était dit. Il n'avait aucune chance. Il était jugé sur quoi? Sur une apparence. Miran recula d'un pas, essuyant sa joue.

« Ta soeur s'est bousillée toute seule. J'ai jamais rien promis. J'ai jamais rien promis à personne. D'ailleurs, demande lui à elle pourquoi elle m'aime, elle qui ne connaît rien de moi pour se targuer de ressentir quelque chose. C'est ridicule. On aime pas pour quelque chose. On aime pas qui on choisit. Puis si tu l'aimes tellement, ta soeur, t'as qu'à aller la voir. Après tout, tu la connais tellement bien, ça ferait un merveilleux couple! » Il s'énerve, tout seul, jaloux maladif quand il voit que l'amour glisse entre ses doigts, fins grains de sable,et qu'il n'y peut rien. « Embrasse moi, et on sera quitte pour de bon. »

Il n'est pas bon de tenter le diable, mais quand on est pire que Lucifer, on ne craint que peu de se brûler.
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 26/01/2011
Localisation : nomade
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 17:19
« Ne parle pas d'elle comme ça! »

La voix de Lakshan cingle dans l'obscurité. Non ne parle pas d'elle comme ça. Elle qui a tout donné sans jamais rien demander. Elle ne mérite pas qu'on l'insulte comme ça. Ni qu'on la traite avec si peu d'intérêt, car après tout, oui sa seule erreur ça a été Miran de Lassithi, et elle a suffisamment pleurer pour ça. Elle n'a pas mérité qu'on lui prête des amours incestueuses.

« Tu me dégoûtes. Si je l'aime tellement c'est parce que c'est ma soeur, c'est parce qu'elle a fait plus pour les autres que n'importe qui et qu'elle n'a jamais rien demandé en retour. C'est parce que justement, elle mérite pas qu'on lui crache dessus comme ça et qu'on l'imagine en train de faire n'importe quelle saloperie dégueulasse. »

Mais comme si Miran allait écouter...

« Embrasse moi, et on sera quitte pour de bon. »
« Genre... va te faire foutre Miran. »

N'importe quoi. Lakshan tourne le dos, sans même une once de méfiance. Voilà ce qu'il en fait de ses embrasse-moi, il se barre et cette fois c'est sûr, il ira s'enfoncer dans la forêt, chasser pour se détendre un peu et dormir. Parce que Miran est pathétique à lui jeter à la gueule les pires conneries de merde qui lui passent par la tête. Parce que Lakshan n'a pas le coeur à tomber amoureux de quelqu'un qui n'a jusque là fait que chercher la merde. Aussi parce que Lakshan ne sait pas ce que c'est que l'amour, et parce qu'innocent quelque part, il croit que c'est le genre de chose qui ne lui tombera pas sur le coin de la gueule.
avatar

TERRORISTE DU SENTIMENT

Messages : 24
Date d'inscription : 26/01/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Be Kind...rewind.

le Mer 26 Jan - 17:25


« Embrasse moi, et on sera quitte pour de bon. »
« Genre... va te faire foutre Miran. »

...ah. Oui. Et par qui? Miran le laisse partir, ne le retient pas. Il ne peut pas toujours lutter pour le garder, pour se l'approprier, parce qu'il en a marre, dans le fond. De saigner comme ça. Réellement ou dans sa tête. Il sème son sang comme des torrents. Ça l'emmerde profondément. Il tourne le dos et rejoint sa tente, la monte en un seul mouvement ou presque, et disparaît à l'intérieur. La nuit porte conseille. Pourvu qu'elle soit efficace alors. Parce que pour l'instant, tout va de travers, et ça l'emmerde. Mourir d'amoir, soit, mais c'est quand même pas très viril.


Contenu sponsorisé

Re: Be Kind...rewind.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum